ACPPT : l’Association Chance et Protection Pour Toutes

56622549_2808842419341980_6552965451868012544_n

Informer, sensibiliser, protéger

Qu’est ce que l’ACPPT ?

Association Chance et Protection Pour Toutes (ACPPT) créée en Avril 2014, elle a déjà bientôt cinq ans.  Une association à but non lucratif, visant à informer et à sensibiliser afin de mettre fin à toutes les formes de violences faites aux femmes et aux filles en France et en Guinée Conakry. Nous avons toujours eu pour objectif de venir en aide aux femmes / filles victimes de toutes les formes de violences en France, mais également en Guinée (Conakry), où plus de 9 femmes sur 10 sont mutilées, et plusieurs milliers de fillettes arrachées aux bancs de l’école, pour être mariées avant l’âge de 13 ans.

Depuis la création de notre association, nous sensibilisons un large public à ces problématiques pour qu’ensemble, nous puissions défendre, protéger et donner de la chance à celles qui se sentent en danger. Nous travaillons en étroite collaboration avec plusieurs autres associations telles que la Cimade, le Planning familial, le CIDFF, le GAMS, Excision, parlons-en, l’association des jeunes guinéens de France (AJGF) etc…

Il est pour nous très important de travailler avec d’autres structures. Cela nous permet de travailler en cohésion et d’être informés concernant les solutions et ou mesures mises en place pour les victimes.

Pourquoi l’ACPPT ?

En France, tous les deux jours, une femme est assassinée par son conjoint ou ex conjoint, faute de moyens et de prise de décisions.

D’après une enquête réalisée au mois de mars dernier par la COFFIG (Coalition des femmes/filles de Guinée), 552 cas de viols sur mineures, enregistrés en espace de trois mois à Conakry. C’est scandaleux.

En Guinée, 97% des femmes sont victimes d’excision. Une pratique qui n’a aucun sens, mais qui continue malgré les campagnes d’information et de sensibilisation, à faire des victimes au vu et au su de toute la nation, dans une totale impunité des personnes la pratiquant.

Il me semble qu’il est plus que temps de vous occuper de nos cas, de nos souffrances et de nous trouver des solutions Messieurs nos dirigeants.

Parlez nous de vos services ? Des accompagnements que vous proposés ?

Nous accompagnons des femmes issues de l’immigration pour des démarches administratives et /ou sanitaires ici en France.  J’interviens personnellement en milieu scolaire et dans d’autres structures accueillant différents publics pour informer et sensibiliser sur les mutilations génitales féminines (MGF), très méconnues en France, et pourtant 60000 victimes en seraient victimes. Plus de 200 millions de femmes et de filles à travers le monde, et 97 % de femmes en Guinée Conakry. Ce sont les raisons pour lesquelles nous avons choisi d’informer et de sensibiliser sans relâche à tous les niveaux, afin de mettre fin à ces pratiques barbares qui ont des conséquences tellement néfastes pour les femmes, mais qui continuent encore aujourd’hui à gangréner nos sociétés.

J’ai moi-même été victime d’excision en Guinée à l’âge de 8 ans, ce sont des pratiques qui ne devraient pas exister.  Et qui ne doivent plus être tabous. C’est cruel de faire subir cela aux filles.  À mon sens, c’est impardonnable.

Quel message souhaitez-vous adresser au public ?

On souhaite dans un premier temps nous adresser aux dirigeants et aux membres des gouvernements. Malgré le travail acharné des associations et des organisations non gouvernementales, il est d’abord  du devoir des dirigeants et des gouvernements de protéger et d’assister leurs populations. À Messieurs les présidents de la France et de la Guinée, vous avez le pouvoir de mettre en place de réelles mesures pour défendre les droits des femmes et des filles dans vos pays respectifs.

Nous voudrons ensuite nous adresser à toutes ces personnes qui travaillent avec acharnement et sans relâche, qui sont engagées pour les autres par conviction, dans la lumière ou dans l’ombre, vous avez choisi la bonne voie. Car plus que jamais, nous pouvons et devons toutes et tous nous engager, chacun à son niveau pour que cessent les inégalités dans nos sociétés.

Quels sont les prochains objectifs ?

Nous avons récemment crée une cellule de l’ACPPT en Guinée, afin d’être directement sur le terrain. Cette dernière est représentée par Mouloukou Souleymane Diawara, très engagé dans le milieu associatif en Guinée et ailleurs. Cette nouvelle cellule pilotée par les membres de l’association en France, comprend dix membres qui ont la lourde tâche de nous représenter en Guinée et de mener à bien toutes les activités qui seront liées à notre association.

Nous avons par ailleurs énormément de projets pour les années 2019/2020.

Nous préparons en ce moment notre premier voyage pour la Guinée. Celui-ci aura pour but, la mise en place d’une grande campagne de sensibilisation concernant les viols et les MGF, mais également et surtout de rencontrer les autorités pour la mise en place de réelles mesures concernant les violences à l’égard des femmes et des filles.

Concernant nos objectifs pour la France, nous travaillons actuellement sur un « brunch caritatif » qui réunira différent.e.s intervenant.e.s, des associations, ainsi que des personnalités engagées, où nous aborderons autrement les mutilations génitales féminines.

Dans quelques semaines, nous ferons l’intégration de nouvelles bénévoles, qui rejoignent notre magnifique équipe, pour nous accompagner dans nos prochaines aventures.

Nous souhaitons également être plus présents sur les réseaux sociaux, notamment sur instagram où nous venons de débarquer grâce à notre nouvelle chargée de communication. À noter que nous sommes déjà sur d’autres réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos catégories